Zone humide des Monneries

La zone humide des Monneries est un géosite tout nouvellement labellisé UNESCO : ” GEOPARK BEAUJOLAIS

Le sentier sur caillebotis a été aménage en 2011 en même temps que le livret pédagogique. Vous pouvez trouver l’intégralité des informations du livret en téléchargement en bas de page.

Qu’est qu’une zone humide ?

Une zone humide se reconnaît par :
– l’hydromorphie des sols, c’est-à-dire gorgés d’eau durant au moins une partie de l’année ;
– une végétation hygrophile, composée d’espèces végétales spécifiques qui affectionnent des conditions d’humidité élevée ;
– l’inondabilité de la zone par les cours d’eau avoisinants.

Les zones humides, quels intérêts ?

– les zones humides nous rendent sans qu’on le sache d’appréciables services :
elles participent à l’épuration des eaux, notamment en réduisant les taux d’azote et de phosphore ainsi que d’autres polluants ;
– elles ont un rôle dans la régulation hydrologique des cours d’eau, soit en stockant l’eau (débordement) lors des fortes précipitations, soit en la restituant en période d’étiage ;
– elles constituent un milieu de vie pour nombre d’espèces sauvages et contribuent donc à la diversité biologique de notre territoire.

Du pétrole dans la zone humide ?

Vous pouvez observer à certains endroits de la zone humide une irisation de l’eau laissant suspecter une pollution aux hydrocarbures. Il s’agit bien en effet d’hydrocarbures, mais produits naturellement par des bactéries décomposant la matière organique. la coloration rouille qui l’accompagne est le résultat de l’oxydation du fer présent dans le sol.

La plateforme d’observation :

Si le paysage que vous avez devant les yeux est resté ouvert offrant une vue magnifique sur le Col des Echarmeaux, c’est bien grâce à l’agriculture. En effet, si l’homme n’intervient pas, l’évolution naturelle de tout milieu tend vers la fermeture avec comme stade ultime la forêt.

La forme de la vallée raconte les climats du passé :

Depuis le poste d’observation, on remarque aisément la topographie plane de la vallée et de la prairie qui s’ouvrent devant nous. Cette forme banale pour un fond de vallée occupé par un cours d’eau semblerait normale si elle n’apparaissait pas quelque peu disproportionnée par rapport à la taille et au débit faible du petit ruisseau. Ce profil particulier témoigne probablement d’anciennes activités géologiques qui ont marqué l’histoire de la vallée mais qui n’ont plus cours aujourd’hui…